PARTAGER

Les grandes chaleurs riment au Niger avec la circulation du virus de la méningite : le méningocoque. Quatre morts sont déjà enregistrés sur 90 cas déclarés. Tous les districts sanitaires du pays sont en alerte.

Au Niger, le seuil épidémique de la méningite n’est pas atteint et déjà les premiers morts sont enregistrés. Principale zone touchée : la ville de Niamey. « Trois quartiers de Niamey sont concernés – Foulan Koira, quartier Lazaret et Boukoki -, qui ont enregistré du 1er janvier au 28 mars 2017, 90 cas de méningite dont 4 décès », explique le ministre de la Santé publique, docteur Idi Illiassou.

Dans la périphérie de Niamey, les districts sanitaires sont en alerte. Des équipes travaillent sans relâche, à l’image de cette infirmière de garde au centre de Lazaret : « Techniquement, nous avons une équipe qui s’occupe des malades de la méningite, qui viennent ici au CSI de Lazaret. 24 heures sur 24, nous acceptons les malades ».

Le même dispositif est observé au district sanitaire de Foulan Koira, au nord de la ville de Niamey. « Nous sommes en train de faire l’impossible, au moins ça pour ne pas que la maladie se répande dans notre aire de santé », explique la responsable du centre.

Dans toutes les zones du pays, des médicaments sont prépositionnés. Tous les centres de santé sont sous surveillance assure le ministre Idi Illiassou : « Et nous avons pris des dispositions et prépositionnées, au moins 25 000 traitements, c’est de la ceftriaxone, dans tous les districts du Niger, dans tous les CSI [Centre de santé intégré] ».

Dans quelques jours, une vaste campagne de vaccination sera organisée. Près de 100 000 personnes, de 0 à 20 seront concernees

Source : www.rfi.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE