PARTAGER

Le général Guiai Bi Poin a indiqué que lors de leur réunion d’Etat-major, le général Philippe Mangou avait proposé à un moment de la crise, l’usage de mortiers contre le commando invisible qui attaquait le camp CRS de Williamsville, depuis la casse d’Adjamé. De même l’usage de LRM contre l’hôtel du Golf parce qu’il était « emmerdé » par les combattants des pro-Ouattara.

« Depuis le début de la crise, on discutait beacoup. C’est que je vous ai dit que dans notre assemblée, on ne vote pas, c’est les chefs qui décident, mais on échangeait beaucoup. El le chef d’Etat-major qui est quelqu’un de disponible, de très compréhensible, de très ouvert, écoutait beaucoup. Et chaque qu’il comprenait la pertinence des arguments par rapport à ses choix opérationnels, il revenait sur les arguments avancés et s’alignait sur les propositions avancées par les autres généraux. Ce qui veut dire que, contrairement à ce que j’ai entendu ici ou ailleurs, qu’on n’était branchés à des instructions particulières en permanence. On était des gens réfléchis, responsables. Quand il y a des décisions maintenant et pour le futur, on échangeait dessus. Et notre chef était, comme je l’ai dit tantôt, quelqu’un de très ouvert qui s’alignait comme dans les deux cas sur nos positions. C’est ce que Je voulais ajouter comme explication », a-t-il voulu défendre le général Mangou.

Auteur: César DJEDJE MEL – ivoirematin.com

LAISSER UN COMMENTAIRE