PARTAGER

Une proche du président Hery Rajaonarimampianina a été arrêtée par le bureau anti-corruption de Madagascar. Femme d’affaires, aussi connue comme la conseillère spéciale du chef de l’Etat malgache, Claudine Razaimamonjy a été arrêtée lundi soir 3 avril 2017, à Antananarivo, par les services du bureau indépendant anti-corruption, le Bianco. Cette histoire fait beaucoup parler sur les réseaux sociaux et dans les médias malgaches car Claudine Razaimamonjy a aussi été citée dans l’affaire d’Ambohimahamasina, une affaire de détournement de subventions de près de 120 000 euros. Depuis deux jours, elle est gardée à vue dans les bureaux du Bianco.

Membre fondateur du HVM, le parti au pouvoir, amie proche du couple présidentiel, Claudine Razaimamonjy semblait intouchable. Il est 16 h, ce lundi 3 avril 2017, quand des gendarmes accompagnés d’une équipe du Bianco, le bureau indépendant anti-corruption de Madagascar, interpellent la femme d’affaires à sa sortie d’un match de basket à Antananarivo.

Son arrestation a suscité la stupéfaction sur les réseaux sociaux et dans la presse malgache. Le président du HVM, Rivo Rakotovao, aussi ministre de l’Agriculture, a fait savoir que le parti lui apportait « toute sa solidarité ». « Nous attendons sereinement la suite des événements », a-t-il fait savoir.

Favoritisme

Pour mettre fin aux rumeurs sur le motif de son arrestation, le Bianco a tenu à éclaircir l’affaire mardi après-midi 4 avril. Tsiry Razafimandimby, le conseiller technique du bureau indépendant anti-corruption, a expliqué : « Ca fait quelques mois que le Bianco a été saisi de plusieurs doléances concernant cette dame. Malgré les convocations que l’on a lancé à son encontre, elle ne s’est pas présentée au Bianco donc nous avons été obligés de procéder à son arrestation. Les investigations sont encore en cours mais, d’une manière générale, les affaires concernant cette dame se rapportent à des faits de favoritisme en concernant des marchés publics puisqu’elle est à la tête d’entreprises de BTP ».

Ces entreprises ont notamment obtenu des marchés pour la construction d’écoles publiques. Pour l’heure, la femme d’affaires est toujours auditionnée dans les locaux du Bianco.

Source : www.rfi.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE