PARTAGER

La famine a été déclarée le 20 février dernier dans certaines régions du Soudan du Sud. La zone la plus touchée est le nord du pays. En tout, près de 5 millions de Sud-Soudanais auraient besoin d’une aide alimentaire d’urgence. Plus de 800 000 ont fui vers l’Ouganda à cause du manque de nourriture, mais aussi (et surtout en Ouganda) de la guerre. Dans le camp d’Imvepi, le dernier camp ouvert pour répondre à cette crise humanitaire, les réfugiés racontent les difficultés pour se nourrir de l’autre côté de la frontière.

Le Programme alimentaire mondial distribue du porridge chaud aux derniers arrivants. C’est la bousculade devant le camion.

Betty a son enfant pendu au sein. Elle a décidé de fuir à cause de la guerre mais aussi à cause des problèmes d’accès à la nourriture. « Ces temps-ci, si vous aviez un repas le midi il n’y en avait pas le soir, déplore-t-elle. Un repas est pour toute la journée, parce que vous ne pouvez pas vous procurer la nourriture, vous n’avez pas d’argent pour l’acheter. »

En plus impossible d’aller aux champs : « C’est dangereux en ce moment, parce que si vous vous éloignez de la ville même d’un ou deux miles vous pouvez être tués là-bas. Il y a des chances pour que vous ne rentriez pas. »

Beaucoup de cultures sont donc abandonnées. Par conséquent les prix flambent, explique cet autre réfugié : « Oui, il y a une crise alimentaire. Si vous pouviez accéder au marché à Juba vous comprendriez vraiment qu’il y a un problème. Une seule petite coupe de thé à Juba coûte 50 shillings au moment où je vous parle. C’est supposer coûter seulement 5 shillings ! »

L’ONU dénonce la crise alimentaire actuelle, soulignant que le gouvernement sud-soudanais dépense au moins la moitié de son budget pour l’armement alors qu’une partie de sa population meurt de faim.

Source : www.rfi.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE