PARTAGER

La mutinerie se poursuit au sein de l’armée ivoirienne. Les activités des sapeurs pompiers militaires suspendues à Abidjan, Bouaké, Korogho pour réclamer leurs primes de guerre.

Selon un officier militaire interrogé par VOA Afrique à Abidjan, parmi les 8400 soldats figure des pompiers militaires.

Sur leur page Facebook, les Ivoiriens expliquent que le numéro des pompiers, le 180, n’a pas accessible. La correspondante de VOA Afrique a essayé d’appeler les sapeurs-pompiers son leur numéro direct, le 20382109 : un agent a répondu et confirmé que les activités de secours sont suspendues.

La désobéissance se constate dans presque toutes les entités militaires. Dans la nuit de samedi à dimanche, des tirs ont été entendus dans la ville de Bouaké.

A Oungolodougou, dernière ville ivoirienne faisant frontière avec le Burkina Faso, les mutins ont dressé des barrages empêchant toute circulation.

« Les mutins ont dressé des barrages empêchant toute circulation à la frontière entre les deux pays. Il tiennent toujours les corridors. Plusieurs cars sont en attentes, je ne peux pas vous dire combien exactement », a expliqué une source militaire.

Les mutins ont dispersé une marche des populations civiles au rond-point de la gare routière de Bouaké à coups de gaz lacrymogènes.

La situation est toujours confuse et tendue à Bouaké. Un calme précaire s’est installé dans le reste du pays.

Source : www.voaafrique.com

LAISSER UN COMMENTAIRE