PARTAGER

Les électeurs sud-coréens élisent mardi leur nouveau chef d’État. Le pays est secoué depuis plusieurs mois par un scandale de corruption qui a coûté son poste à l’ex-présidente Park Geun-hye. Une participation record est attendue.

Sud-Coréens

Quasiment deux mois jour pour jour après la destitution de l’ex-présidente Park Geun-hye par la Cour constitutionnelle, les Sud-Coréens se rendent aux urnes mardi 9 mai pour choisir leur nouveau chef d’État.

Le scandale de corruption qui a abouti à la chute et à l’arrestation de la dirigeante a profondément choqué la population qui compte participer en masse à ce scrutin pour dire sa colère, non seulement vis-à-vis de la corruption d’une partie des élites, mais aussi de la vie chère et de l’augmentation du chômage.

Le favori de cette élection, Moon Jae-in, un ancien avocat spécialisé dans la défense des droits de l’Homme, était crédité dans le dernier sondage Gallup Korea de 38 % des intentions de vote. Le centriste Ahn Cheol-soo et le conservateur Hong Joon-pyo, issu du parti de la présidente destituée, se disputent la seconde place.

Une victoire de Moon Jae-in entraînerait une alternance après presque 10 ans de règne conservateur et pourrait signifier un changement considérable de politique, vis-à-vis de Pyongyang mais aussi de l’allié et protecteur américain.

Favorable à une reprise du dialogue avec Pyongyang, il affirmait récemment dans une interview accordée au Washington Post que Séoul devait « jouer un rôle de meneur sur les questions concernant la péninsule coréenne ».

Source: www.france24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE